OH my coach ! 

Spectacles de sensibilisation au handicap en entreprise

Blog

afficher :  plein / résumé

Développer son réseau professionnel pour trouver un emploi !

Publié le 4 février 2015 à 5:25 Comments commentaires (0)

Développer son réseau professionnel pour trouver un emploi!


 

Dans une recherche d’emploi, on a parfois tendance à négliger l’importance du réseau. Pourtant, on estime que seules 50% des offres d’emploi environ sont accessibles aux candidats par l’intermédiaire des sites d’emplois et des cabinets de recrutement. Il existe donc un important marché caché de l’emploi auquel seul un bon réseau pourra vous permettre d’accéder. Voici quelques pistes pour vous aider à développer et à entretenir votre réseau professionnel.

 

Communément, on évalue à près d’un tiers le pourcentage de postes pourvus par réseau. Si certains y voient une injustice – on tend à penser piston plutôt que cooptation – , d’autres y voient les fruits d’un travail de fond, la récompense d’actions engagées sur le long terme, avec une once d’opportunisme. Vous souhaitez faire partie de ceux qui trouvent un emploi grâce à leur réseau?

 


Faites le point sur vos réseaux personnel et professionnel


 

Si vous n’avez pas encore commencé à former votre réseau, par exemple si vous vous lancez sur LinkedIn ou Viadeo, c’est le moment de faire le point. Selon votre âge et votre expérience, le réseau que vous pourrez vous constituer sera plus ou moins riche. Il se composera de cercles plus ou moins nombreux et qualitatifs.

 

Le réseau pro se compose de différents cercles, à commencer celui que forment les contacts issus de votre sphère personnelle. Il peut s’agir de membres de votre famille qui sont dans l’emploi, d’amis, de proches, d’anciens camarades de classe, de connaissances avec lesquelles vous partagez par exemple des loisirs ou intérêts communs. A ceux-ci viendront s’ajouter vos contacts professionnels: maîtres de stage ou professeurs, anciens collègues, clients, fournisseurs, prestataires, contacts presse, recruteurs que vous avez pu solliciter ou qui vous ont approché, …

 

L’essentiel est d’analyser ce réseau et de savoir à quelles fins vous souhaitez l’utiliser. Si vous l’employez pour trouver un emploi comme nous le suggérons ici, voici quelques questions que vous pouvez vous poser :

 

Sur quels contacts pouvez-vous vous appuyer dans le cadre de vos recherches ?

De quelles personnes devez-vous penser à vous rapprocher ? Qui pourront par exemple vous fournir des informations sur une entreprise en particulier, qui seront au fait de recrutements, etc.?

Pouvez-vous solliciter certains contacts afin qu’ils vous recommandent ou vous introduisent auprès d’autres personnes qui pourront vous apporter de l’aide ?

Y a-t-il dans votre réseau des personnes dont l’expérience peut vous être bénéfique? – Qui partagent par exemple des informations sur votre secteur d’activité.

Votre réseau vous semble-t-il équilibré? – Pensez à la qualité de votre réseau, à sa diversité, sa portée, sa profondeur.

Répondre à ces questions vous permettra de déterminer la force des liens qui constituent votre réseau et d’identifier les actions à mener en priorité.


 

Les actions à mener


 

Développer son réseau, cela passe par la prise de contact ou la mise en relation avec de nouvelles personnes. Cela suggère une réflexion préalable qui vous permettra d’identifier les contacts clés qui pourront vous ouvrir des portes – évidemment, il est toujours intéressant d’avoir soi-même également des choses à offrir.

 

Outre la mise en contact « virtuelle », la rencontre physique est souvent un élément déterminant et plus constructif. La mise en relation se fait par l’intermédiaire de contacts en commun, préexistants, qui acceptent en quelque sorte de se porter garant de vous et vous apportent leur aide en vous ouvrant leur réseau.

 

Pour le « networking » physique, plusieurs options s’offrent à vous:

 

Salons pour l’emploi sur lesquels vous pourrez entrer en contact avec des recruteurs et les équipes RH de diverses entreprises,

Forums dédiés à un secteur d’activité, petit-déjeuner ou apéro networking en lien avec votre métier – L’inscription est souvent payante ou « par contact », ces évènements sont très courants dans les milieux RH, IT et web – ,

Associations d’anciens élèves, etc.

Ces démarches de renforcement et d’optimisation du réseau s’accompagnent, vous vous en doutez, de certaines actions à ne pas négliger; un réseau, ça s’entretient!

 

Inutile donc de se contenter d’ajouter des contacts si l’on ne souhaite pas par la suite « entretenir » la relation en échangeant avec eux. Évidemment, vous n’échangerez pas tous les jours avec tous vos contacts. Mais il est bon de réactiver quelques contacts choisis afin d’atteindre des objectifs précis.

 

Il s’agit ici d’être actif, voire proactif, afin de se rappeler au bon souvenir d’une personne rencontrée.

 

L’objectif d’une telle démarche: pouvoir partager des contenus ou une expertise mais aussi solliciter la connaissance du marché ou d’un secteur et accéder à des informations clés concernant les recrutements en cours ou à venir dans une entreprise ciblée.

 

Liens forts, liens faibles: la force des contacts

 

Le site Pôle Emploi revient à raison sur le concept des liens, faibles ou forts, mis en avant par le sociologue Mark Granovetter en 1973.

Les « liens forts » représentent les relations proches type famille et amis tandis que les « liens faibles » sont des relations plus éloignées, rencontres occasionnelles, contacts avec lesquels l’échange n’a été que bref ou occasionnel (connaissances professionnelles, mises en relation, etc.).

 

Selon la théorie du sociologue, « les liens les plus efficaces dans une recherche d’emploi ne sont pas les liens forts, mais au contraire, les liens faibles » pour la simple et bonne raison que dans le cercle premier des relations proches – liens forts – circulent bien souvent « les mêmes informations, connues de tous ».

 

Cette théorie met en évidence l’importance de développer et d’entretenir son réseau au-delà du connu. Au-delà de sa sphère privée, là où les informations circulent.

 

Comment y accéder en dehors des mises en relations ou des rencontres physiques? En participant par exemple à des groupes métier traitant de l’actualité d’un secteur, des évolutions d’une profession, d’intérêts propres.

 

Ces groupes où se retrouvent de nombreux experts et influenceurs sont des lieux de rencontre incontournables des réseaux sociaux professionnels et du web. Rien de tel pour se rendre visible, échanger de l’information et des pratiques professionnelles ET se tenir au courant des opportunités « cachées » du marché de l’emploi…

Extrait du site Talentéo du 4 février 2015

Le projet de loi Macron revoit l'obligation d'emploi de personnes handicapées

Publié le 4 février 2015 à 4:15 Comments commentaires (0)

 


Le projet de loi Macron revoit l'obligation d'emploi de personnes handicapées

Recourir à des travailleurs indépendants handicapés pourrait contribuer au respect du quota de 6% qui pèse sur les entreprises de vingt salariés et plus. La mesure figure en tout cas dans le projet de loi Macron débattu en commission spéciale depuis le 12 janvier.

 

Pour rappel, ces dernières doivent employer au moins 6% de personnes handicapées, sous peine de devoir verser une contribution compensatrice à l'Agefiph ou au FIPHFP (pour la fonction publique). Aujourd'hui, elles peuvent atteindre ce quota via les diverses actions suivantes : salarier une personne handicapée, sous-traiter à des structures de travail adapté, accueillir des personnes handicapées en stage. Le projet de loi croissance et activité ajoute le fait de faire appel à des travailleurs indépendants handicapés.

 

De nouveaux débouchés pour les indépendants


"Cela peut représenter une opportunité de marché pour des personnes qui souhaiteraient créer leur activité, se félicite Annick Montfort, directrice de la prospective à l'Agefiph. Nous finançons chaque année environ 3000 projets par an. Mais il s'agit essentiellement de toutes petites structures. Il faut voir dans quelle mesure leur offre pourrait correspondre aux besoins des entreprises." Didier Roche, président de l'Union professionnels des travailleurs indépendants handicapés (UPTIH), se montre confiant : "comptables, juristes, avocats, consultants... tous ces profils peuvent intéresser le secteur privé".

 

La mise en situation professionnelle concernée


Le projet de loi Macron établit aussi que l'atteinte du quota de 6% puisse se faire en accueillant des personnes handicapées pour des périodes de mise en situation professionnelle. La loi de mars 2014 sur la formation professionnelle instaure ce nouveau dispositif, qui, en dehors de tout cursus de formation, permet de découvrir un métier ou un secteur d'activité. "Beaucoup de gens envisagent une reconversion à cause de leur handicap, explique Annick Montfort. S'ils peuvent avoir plus facilement l'opportunité de conforter leur projet professionnel, tant mieux."

 

 

Extrait de M Rey, Publié dans Express Entreprise, le 16 janvier 2015


 


Théâtre forum handicap - OH my coach !

Publié le 24 janvier 2015 à 7:05 Comments commentaires (0)

Sensibilisation au handicap au travers du théâtre forum

Publié le 24 janvier 2015 à 6:30 Comments commentaires (0)

Les compétences relationnelles.

 

Les compétences relationnelles s'apprennent au même titre que la lecture ou l'écriture. Enseignées depuis de nombreuses années au Québec, aux Etats-Unis ou encore en Europe du Nord, elles font l'objet de nombreuses études et classifications. Dans nos formations, nous nous centrons sur l'acquisition des compétences suivantes :


• La relation avec soi-même : Etre conscient des sensations, émotions et pensées qui me traversent et être capable de les exprimer de façon adaptée et claire.


• La relation duelle : Ecouter les sensations, émotions et pensées des autres sans juger ni se laisser manipuler, s'affirmer sans agresser, passer de l'opposition au dialogue.


• La relation d'autorité : développer une présence rassurante, frustrer sans violenter, contenir physiquement et psychiquement.


La relation au groupe : développer l'écoute d'un groupe, favoriser une dynamique de coopération, transformer des tensions ou crises en occasions d'évolution, utiliser le groupe comme support des apprentissages. Comment peuvent s'acquérir ces compétences relationnelles ? Du fait qu'elles intègrent une dimension physique et émotionnelle, la lecture d'ouvrages ou la participation à des conférences ou à des formations théoriques se révèlent peu efficaces. En effet, en situation de stress ou de conflit, on se retrouve vite à agir ou à parler comme si l'on était " hors de soi " : le cerveau cognitif (neo-cortex) est pris de vitesse par le cerveau émotionnel (limbique) qui prend les commandes et impulse des actions avant même qu'on ait le temps de réfléchir. Les conflits se terminent souvent mal et participent à la crispation de positions de chacun.

 

Pour aborder cette dimension relationnelle, il se révèle plus efficace d'utiliser des méthodes qui impliquent le corps et influent directement sur le cerveau émotionnel plutôt que de compter sur l'argumentation auquel le cerveau émotionnel est assez peu perméable. En rejouant des situations conflictuelles non résolues, nous prenons conscience de nos émotions (sentir la colère ou la peur émerger) et de nos sensations (je tremble, j'ai le cœur qui bat plus vite…;). Cette présence à soi-même permet de mobiliser ses ressources internes pour chercher des alternatives. C'est pourquoi, nous utilisons l'approche du théâtre-forum : on joue des situations que les perçoivent comme problématiques, des conflits qui se terminent mal puis on explore des attitudes innovantes grâce au remplacement d'un personnage de la scène par quelqu'un du public. Le spectateur devient " spect-acteur " !

 

À l'origine du Théatre-forum: Auguste Boal

Né au Brésil en 1931, Augusto Boal était dramaturge, écrivain, théoricien, metteur en scène. Il a inventé de multiples formes de théâtre qui furent d'abord une réponse à la répression politique qui s'abattait alors sur le Brésil, son pays d'origine. Son action théâtrale et son engagement citoyen fédèrent un large mouvement à travers le monde. Chaque pays adapte, à sa façon, ces techniques à son environnement social.

 

Les principes de base du théâtre forum.

 

Le premier principe de base du théâtre-forum consiste à aborder une problématique collective dans laquelle se retrouve un ensemble de personnes. Le théâtre-forum est, comme l'exprime A. Boal le théâtre de la première personne du pluriel : " Nous avons un problème, nous vivons une situation que nous ne supportons plus ". L'histoire jouée est élaborée à partir d'un problème évoqué par une communauté qui souhaite que la situation se dénoue car elle lui est inconfortable voire insupportable. Ce peut-être une situation amenée par une personne et dans laquelle se retrouve une communauté : par exemple, une enseignante fait part de son désarroi face à l'agressivité des élèves et des parents à son égard. Les autres enseignants acquiescent et reconnaissent cette problématique comme étant également la leur. Le théâtre-forum met en scène cette problématique non pas pour donner des réponses, conseiller ou orienter le débat dans une direction mais pour donner un support concret de réflexions et d'échanges.

 

Le deuxième principe de base du théâtre-forum concerne la manière dont l'évolution de la situation est appréhendée. Le théâtre-forum ne fait pas disparaître de façon magique les difficultés mais invite la personne qui ne supporte plus une situation à trouver les ressources en soi et autour de soi pour en sortir. La seule personne que l'on peut changer, c'est soi-même : son regard sur soi, sur les autres et sur le monde et son attitude dans la situation. Les autres changent par rebond. Quelle que soit la situation que l'on vit, que l'on ait le rapport de forces ou non, que l'on soit au cœur du conflit ou témoin du conflit, on a toujours de la marge de manœuvre pour changer quelque chose. Chaque participant est donc invité à se poser la question : " Qu'est-ce que je ferais si j'étais au cœur de cette situation ? ".

 

Le troisième principe de base du théâtre-forum concerne l'impact du groupe sur le développement individuel : la personne fait évoluer son regard sur une situation en entendant les points de vue des autres participants et fait évoluer ses attitudes en voyant d'autres manières de faire. À aucun moment, l'animateur ne cherche à contredire un participant, au contraire il écoute son propos sans préjuger de sa pertinence, encourageant ainsi chacun à s'ouvrir à d'autres interprétations de la situation. La rencontre de ces différents points de vue permet à chacun d'élargir son champ de vision en passant d'une vision unique et réductrice à une vision plus complexe.

 

Le déroulement du théâtre forum.

 

Le théâtre-forum se déroule en trois étapes : la mise en situation, le forum, le remplacement du personnage.


La mise en situation


Une situation s'inspirant de situations réelles et représentative de la problématique collective est jouée par des comédiens si le public est nombreux, ou par les participants eux-mêmes si c'est un groupe restreint de formation ou d'analyse de pratiques (moins de 20 personnes). Cette scène se termine mal pour au moins un des protagonistes.


Le forum


Une fois la scène jouée, chacun est invité à s'interroger sur :


• ce qu'il a observé dans cette scène (que raconte cette histoire ?),

 

• ce qu'il a ressenti ou pensé en voyant cette scène,

 

• ce que les protagonistes ressentent de l'intérieur : « ex : le manager peut être gêné d’aborder le sujet du handicap avec une personne handicapé : ne dépasse-t-il pas ses fonctions en abordant ainsi ce qu’il croit être de la vie privée ? De son côté, la personne handicapée dont on n’évoque pas le handicap durant l’entretien a l'impression que l'on ne tient pas compte de sa situation, elle peut se sentir inquiète ou démunie »


Le formateur écoute et reformule les différents points de vue. Il tente, grâce à la mise en lien des différentes interprétations, de transformer des jugements et des projections en expressions de ses propres valeurs. En juxtaposant les différentes perceptions, il invite chacun à élargir sa vision du monde. Puis il favorise l'émergence de propositions concrètes d'attitudes jusqu'à ce qu'un spectateur accepte de monter sur scène pour remplacer un personnage.


Le remplacement


Du fait de la nouvelle attitude du spectateur, les autres personnages réagissent différemment et l'histoire prend un autre cours. Le théâtre-forum met en œuvre l'approche systémique ! À la fin du remplacement, le formateur demande aux spectateurs les changements observés de l'extérieur Parfois, le public a l'impression que rien n'a changé, et c'est exact en termes de faits ou de résultats mais en fait le changement est en train de se mettre en œuvre à l'intérieur des personnages. Il interroge alors les personnages sur leurs états intérieurs et les changements qu'ils perçoivent à l'intérieur d'eux-mêmes.


Puis l'animateur cherche à synthétiser en quelques phrases les apports de l'intervention mais aussi les questions, les risques ou les enjeux qu'elle amène. L'objectif est d'impulser d'autres propositions pour que s'installe progressivement une dynamique de recherche collective.

 

Ce que le théâtre forum fait travailler.

 

L'objectif de cette approche n'est pas de chercher la bonne solution, la recette miracle qui conviendrait à tous dans toutes situations. Il s'agit plutôt de développer sa capacité de présence et d'évaluation dans une situation stressante : à quelle distance est-ce que je me sens bien ? Est-ce que j'arrive à entendre ce que me dit l'autre ? Est-ce que j'arrive à respirer ? Est-ce que je me sens en danger ? Quels mots pourrais-je dire ?


Les effets de ses attitudes sur les autres et sur l'histoire sont expérimentés in vivo, sans risque pour soi, pour l'autre et pour la relation puisque ceci est du jeu. Cette approche s'apparente à une formation pour pilote d'avion à base d'un simulateur de vol…


Les participants développent :


• Leur capacité d'introspection qui permet de mettre en lumière, sans honte ni culpabilité, les pensées, émotions et sensation qui les traversent,


• Leur capacité de décentration qui consiste à mieux entendre et prendre en compte le ressenti et le point de vue des autres.

 

Au-delà de la technique, c'est une transformation de l'attitude intérieure, du regard sur l'autre et sur soi-même qui est progressivement amenée. Cette approche se différencie du psychodrame par le fait que le formateur ne cherche pas à travailler les raisons des blocages ou des représentations inadéquates mais seulement à les rendre conscientes. Les émotions qui émergent sont accueillies avec empathie et l'on évite d'aborder des situations trop douloureuses ou personnelles qui dépasseraient le cadre de ce travail et relèveraient plus de la thérapie.


Le formateur doit être capable de :


• Poser un cadre sécurisant favorisant l'écoute et le respect entre les participants

 

• Reformuler tous les points de vue sans les juger

 

• Impulser une dynamique d'implication pour inciter les participants à prendre le risque de jouer,

 

• Valoriser les propositions faites, les changements obtenus tout en interpellant sur leurs risques et limites.

 

• Adopter une attitude susceptible de dénouer les blocages de façon constructive pour soi et son entourage.

 

Les participants éprouvent souvent de l'appréhension à se mettre en jeu mais reconnaissent majoritairement que ces séances de formation ont été déterminantes dans leur évolution relationnelle. L'utilisation de mises en situation en formation nécessite de la maîtrise et du tact, de l'écoute et de la confiance car cette approche implique fortement les stagiaires et travaille plus en profondeur les peurs et les résistances.

 

Références : psychopédagogie.eu

 

Photo du spectacle : Embarquez-les !

Publié le 24 janvier 2015 à 6:30 Comments commentaires (0)

Sensibilisation au handicap : communication du spectacle : "Embarquez-les...!"

Publié le 24 janvier 2015 à 6:15 Comments commentaires (0)

Le théâtre en entreprise n’est certes pas une idée nouvelle et sensibiliser ses collaborateurs au handicap au travers d'un spectacle non plus . Depuis 2005, beaucoup de choses ont évolué et l’entreprise se trouve aujourd’hui face à de nouvelles problématiques : sensibiliser son personnel à l’embauche, au management, à l’intégration de travailleurs handicapés ; mais aussi briser le tabou et inviter les travailleurs handicapés de l’entreprise qui n’ont pas encore dévoilé leur handicap à entamer une réflexion de fond.


Un nouveau spectacle s’imposait et c’est notre expérience réunie que nous avons mis au service de l’élaboration du spectacle « Embarquez-les ! ». 


Nous y traitons de nombreux sujets dont certains n’ont jamais été abordés par ailleurs :


• La différence

• Les préjugés

• L’image du handicap dans la société

• Le handicap caché et le non-dit

• L’Agefiph et les accords d’entreprise

• L’adaptation au poste de travail

• L’origine du mot handicap

• L’historique des lois handicap en France , de 1914 à la loi de 2005

• 2005, le changement de regard et l’accessibilité


Rempli d’informations (savez-vous, que toutes nos lois actuelles sur le handicap, nous les devons à nos gueules cassées de 14/18 ?), c’est un vrai spectacle de sensibilisation, mais vif, pétillant, drôle, plein de surprises et d’émotions.


Sensibiliser ses collaborateurs sur un modèle court (une heure, suivie ou non d’un temps de paroles), plaisant … qui suscite la réflexion….et génère l’enthousiasme.


C’est le pari d’OH my coach ! au travers d’« Embarquez-les ! » !


Rss_feed